Vous êtes ici

Comment combiner thérapies ciblées et immunothérapie ?

PA3-1 : Optimizing the immunotherapy and  targeted therapy combination - K. Flaherty

 

L’immunothérapie permettant d’obtenir des réponses prolongées et les thérapies ciblées ayant une efficacité rapide, l’espoir de combiner leurs avantages pour une réponse optimale est séduisant. Le schéma optimal est à définir : faut-il débuter les thérapies ciblées avant ? Pendant ? Ou après la réponse immune ? Faut-il proposer des traitements courts et répétés sous forme de pulse de Braf inhibiteurs (B-RAFi)? Et enfin quelle place peut jouer la radiothérapie dans cette combinaison thérapeutique ?

Malgré l’arrêt de l’essai combinant anti CTLA-4 et vemurafénib suite à la survenue de toxicités sévères digestives, l’avènement des traitements par anti-PD1 et PD-L1 et leur profil de tolérance acceptable a ouvert la voie de nouvelles combinaisons, d’autant plus qu’il existe des données faisant état d’un renforcement des fonctionnalités des cellules immunitaires T anti-tumorales, d’une augmentation de la présentation des antigènes tumoraux et de l’augmentation de l’expression de PD-L1 à la surface des tumeurs suite à l’utilisation d’inhibiteurs de B-RAFi.

Ribas (ASCO 2015) a présenté un essai de phase I associant PD-L1/BRAFi/MEKi, dans lequel des marqueurs d’activation immunitaire ont été observés dans les 3 bras (cohorte A BRAF mutés: PD-L1 pendant 1 an simultanément au dabrafenib + tramétinib, cohorte B BRAF WT: PD-L1 pendant 1an + tramétinib simultanément, Cohorte C BRAF WILD T : trametinib puis PD-L1).

Laura Troin

 

L.Troin a déclaré n’avoir aucun lien d’intérêts en relation avec ces publications