Vous êtes ici

Comment prédire les réponses et l’absence de réponse aux inhibiteurs de BRAF ?

PA3-4: Predicting response and loss of response - O. Michielin

 

L’impact des altérations génomiques est majeur dans la compréhension de la pression de sélection exercée par les thérapies ciblées au cours du traitement. Ainsi, de nombreux mécanismes de résistances acquises aux inhibiteurs de BRAF (BRAFi) ont été décrits, conduisant essentiellement à la réactivation de ERK : l’apparition d’une mutation NRAS activatrice, l’amplification de BRAF ou l’acquisition d’une mutation de ERK. Il a été montré que l’acquisition d’une mutation RAS activatrice n’impacte ni la survie sans progression (PFS) ni la survie globale (OS) mais est un marqueur clair de résistance au traitement par BRAFi. La réactivation de B-Raf est également un marqueur de résistance aux BRAFi. Enfin, les différentes mutations de MEK impactent la PFS et l’OS de façon différente. Il existe également d’autres co-altérations spécifiques comme celles de PTEN et de Cycline D1 impactant profondément la PFS. L’essai Logic 2, en cours, évalue l’intérêt d’ajouter un 3e inhibiteur, en fonction du profil génétique de la tumeur lors de l’échappement à la combinaison d’inhibiteurs de BRAF et de MEK. Enfin, il faut souligner le signalement de résistances mutuellement exclusives chez un même patient sur 2 sites métastatiques biopsiés, soulignant la complexité des mécanismes de résistances aux BRAFi.

Dr Nausicaa Malissen

 

N. Malissen a déclaré n’avoir aucun lien d’intérêts en relation avec ces publications